Auteur : Dr BALZER Alexandre

 

 

Titre : Concours et entraînements en été :  prévenir la déshydratation

 

 

Certaines journées de sauvetage peuvent être particulièrement éprouvantes pour les chiens. Les exercices demandés, les efforts à fournir, l’attente pour passer et bien entendu la chaleur contribuent à les déshydrater. Pour autant, avec quelques précautions, ce risque peut être notablement réduit.

           

 

 

La préparation de la journée de sauvetage

Prévenir les incidents lors d’exercices passe souvent par une préparation minutieuse des chiens. Ils doivent être évidemment en parfaite santé le jour venu. L’apport de minéraux et de vitamines, en quantité nécessaire pendant les semaines précédent les entraînements intensifs et la saison des concours améliore la capacité du chien à supporter les rigueurs d’une chaude journée. La ration doit donc être riche et d’excellente qualité. Il est inutile de surcharger l’animal la veille de la sortie. C’est bien en amont qu’il faut traiter. L’équilibre hydro-minéral du corps se constitue au long terme. C’est pourquoi, la ration doit être de bonne qualité près d’un mois avant le début des périodes d’efforts.           

            En revanche, chercher à faire boire plus son chien, la veille ou l’avant veille, par ajout de sel dans sa gamelle par exemple, ne sert à rien… si ce n’est à le faire uriner davantage. De plus, l’équilibre minéral peut alors être rompu. Eventuellement, lors du dernier repas avant une rude journée, il est possible d’humidifier les croquettes afin d’être sûr que le chien parte avec des réserves hydriques complètes.

 

Le jour J

            Au risque de paraître trivial pour ceux qui connaissent bien les chiens, il faut rappeler qu’une voiture au soleil chauffe très vite. Imaginez alors la température dans la caisse du chien ! Le nombre de chiens, aimés de leur propriétaire, qui périssent d’un coup de chaleur dans la voiture est important. Et cela n’arrive pas qu’aux autres ! Une minute d’inattention en garant son véhicule, une course qui doit durer une minute et qui en dure finalement vingt… bref toutes ces situations inattendues peuvent conduire à la déshydratation. Attention donc aux voyages et au stationnement, afin d’arriver avec un chien frais et dispos pour toute la journée.

Pendant l’effort, un chien se déshydrate relativement vite, mêmme en milieu aquatique. Faites le tes : nager une heure en piscine, vous avez très soifs, car vous avez beaucoup transpiré, même si cela ne se voit pas. Il est donc important de prévoir de nombreuses pauses pour le faire boire. L’eau est alors de préférence pas trop froide, présentée en petites quantités, et souvent. Evidemment, cela est généralement plus facile à dire qu’à faire ! Simplement, si le chien boit très rapidement de l’eau glacée, il y a de fortes chances pour qu’il vomisse. Si ce phénomène n’a rien d’inquiétant, la quantité d’eau finalement gardée par l’animal sera réduite, ce qui va à l’encontre de ce que l’on recherchait.

            Il est possible aussi de mélanger à l’eau que l’on donne au chien, un complément alimentaire liquide. Ce dernier permet d’apporter au chien, en plus de l’eau, des nutriments essentiels pour combattre la fatigue et la déshydratation.

A la fin de la journée

            Ne proposer pas de l’eau en grande quantité dès votre retour. Patientez quelques dizaines minutes afin de calmer votre chien. Dès lors, présentez lui de l’eau, en plusieurs fois. Cette eau devra encore une fois n’être pas trop froide.

            Pour finir, il existe des aliments de récupération : sortes de « barre de céréales » pour chien. Ces aliments sont à donner environ trente minutes après le dernier effort et autorisent une récupération accélérée. Associer ces compléments et l’eau est vraisemblablement efficace contre la déshydratation post-efforts.

 

 

 

Le coup de chaleur

C’est en fait un œdème cérébral dû à la défaillance des mécanismes de thermorégulation. Le système de régulation thermique est assuré chez le chien par la respiration et non comme chez l'homme par la transpiration. Lorsqu'il a chaud, le chien respire de plus en plus vite afin d'amener une quantité d'air frais plus grande au niveau des poumons. Lorsque le chien ne peut plus maintenir son corps à la bonne température, le cerveau est alors mal irrigué et il peut se produit une congestion cérébrale.

Les symptômes principaux sont une hyperthermie supérieure à 41 °C, une respiration rapide et difficile et une cyanose. Le chien est souvent agité par des tremblements voire de convulsions. L’évolution se fait vers le coma et rapidement la mort. Le pronostic est bon si le traitement intervient rapidement. C’est une urgence ! Il est impératif d’amener le chien le plus rapidement possible chez le vétérinaire. Cependant, si le trajet est long, la première étape du traitement peut être faite par le propriétaire sur place avec les moyens du bord. Il faut diminuer la température corporelle rapidement. Pour ce faire, on peut immerger le chien dans de l’eau froide. Cette immersion doit être progressive pour éviter un choc thermique.